Pleasures of Design

La Bibliothèque Linotype comprend plus de 7 000 fontes. Parmi elles, se trouvent un certain nombre de fontes anciennes très populaires et de nouvelles fontes originales créées par Linotype par certains des dessinateurs de caractères les plus connus au monde.

Ce très grand éventail de choix peut être intimidant, surtout si vous vous basez entièrement sur vos propres préférences. Mais certaines considérations pratiques peuvent vous aider à choisir une fonte adaptée à un travail particulier.

Pour choisir une fonte, l’on doit toujours examiner les cinq caractéristiques suivantes :
1. A-t-elle ou non des serif ?
2. Le cas échéant, quelle est la forme des serif ?
3. Quelle est la différence de variation entre l’épais et le fin dans les traits des lettres ?
4. La direction de la partie épaisse d’une lettre de forme courbée – appelée le « stress ».
5. La largeur moyenne des caractères – appelée la « chasse ».
Cet examen est plus aisé en comparant les longueurs d’alphabets entiers d’une même taille (en points).


Votre choix sera plus facile si vous classez rapidement les caractères en huit catégories :
– Elzévirs
– Réales
– Moderne, ou Didone
– Egyptienne
– Sans serif
– Caractères décoratifs et de titrage
– Incises et caractères au pinceau
– Gothiques
Ces catégories sont très larges. De nombreuses fontes, notamment celles d’un dessin récent, ont des caractéristiques qui les rattachent à plus d’une catégorie.

Les Elzévirs ont généralement des serif légèrement crochus avec des variations modérées des traits épais à fins dans la lettre et un léger accent tonique oblique dans la direction des traits épais. La forme italique est généralement subtilement décorative. Les lettres ont tendance à avoir des graisses fines, bien que cette famille de caractères comprenne généralement une version grasse.

Les caractères réales ont des serif plus arqués et leur passage des traits épais aux traits fins est plus marqué, sans être brusque. L’oblique est moins net dans les parties épaisses de la lettre.

Les caractères modernes ont de fins serif (lignes très fines) non arqués, avec un fort contraste entre les traits épais et fins. Le stress vertical est prononcé en direction des parties épaisses des lettres.

Les Egyptiennes, comme leur nom l’indique, ont des serif bien épais et rectangulaires. Le dessin du reste de la lettre peut varier, mais la différence entre les parties épaisses ou fines des lettres est généralement faible.

Les sans serif sont des caractères sans empattement à l’extrémité des pleins, des pieds et des queues.

Les caractères décoratifs et de titrage ne s’utilisent que pour peu de mots à la fois. Ils ne conviennent pas à des textes en continu.

Les incises et caractères au pinceau possèdent un style informel très utile dans les créations publicitaires et d’affichage mais ne conviennent pas à de longs passages de texte.

Les caractères Old English, ou gothiques, types, sont inspirés d’un tracé formel, médiéval, à la plume. Leur style évoque le passé, mais ils sont généralement difficiles à lire pour plus de quelques mots.

Malgré l’absence de preuve scientifique, beaucoup de gens trouvent que les fontes serif sont plus confortables à lire pour de longs textes.

Les sans serif ont un style très lisse et commercial. Ils possèdent parfois une grande variété de graisses, ce qui les rend très utiles pour la publicité ou les affichages. Les sans serif rendent très bien sur du papier mat et net ne reflétant pas la lumière.

Les alphabets en graisses fines avec des serif assez courts et peu de différence entre les traits épais et fins ont tendance ont un rendu meilleur en impression haute résolution, sur du papier mat ou rêche.

Les caractères avec des serif robustes et une nette différence entre les traits épais et fins rendent mieux en basse résolution et leur impression est bonne sur toutes sortes de papiers.

Les caractères aux serif très fins, avec un stress vertical fort, ont une meilleure impression en haute résolution. Le net contraste entre les traits épais et fins se maintient mieux sur des surfaces de papier lisses.

Pour des largeurs de colonnes plutôt étroites, évitez les fontes avec des chasses larges. Mais souvenez-vous aussi que les fontes à chasse étroite (condensée) peuvent aussi fatiguer les yeux en cas de textes longs.


Familles de fontes
De nombreuses fontes sont disponibles par familles entières de graisses, avec diverses variations, du condensé au large. L’avantage, quand on travaille avec des caractères d’une même famille, c’est la certitude qu’ils s’associent bien entre eux et que le contraste d’une graisse à l’autre sera suffisant pour que le lecteur remarque la différence. Il est rarement nécessaire d’utiliser plus de deux ou trois graisses dans un seul document, mais dans tous les cas, utilisez-les avec cohérence.

plus ... Composition ... Première partie