Ismar David

« J’avais toujours espéré pouvoir participer au développement de l’impression de l’hébreu. En 1933, les seules faces de livres disponibles étaient Frank Rühl et une version de Meruba ; alors que Miriam et Chayim étaient les seules faces commerciales (aucune disponible dans plus d’une seule graisse), l’idée m’est venue qu’il devait y avoir une nouvelle police de caractères de base, libre des corruptions sur la forme ayant affecté le développement de la typographie hébraïque au cours des siècles derniers. Ce nouveau dessin devait être toutefois tellement basique qu’il emprunterait trois variations: face de livre, italique et trait égal. J’ai commencé à visualiser ces trois variations dans trois graisses différentes : maigre, normale et extra-grasse. »

Sur le plan créatif, Ismar David est arrivé au bon moment et au bon endroit. Il a été un créateur extraordinairement doué dans un contexte qui offrait rarement l’occasion de refonder le paysage typographique.

Tout juste sorti de quatre ans d’études à la Städtische Kunstgewerbe- und Handwerkerschule de Berlin (Charlottenburg), cet homme de vingt-deux ans débarqua dans l’effervescence qui accompagnait le renouveau culturel du Jérusalem de 1932 et fut profondément influencé par ses nouvelles connaissances. Il ne put que voir les choses sous un jour nouveau et comprit que la famille de polices qu’il imaginait devait se rapprocher d’anciennes formes sémitiques et s’éloigner des styles qui s’étaient développés en Europe.
Bien conscient des exigences techniques de l’impression commercial, il conçut chaque lettre pour qu’elle s’accorde sur la même matrice et s’aligne sur la même ligne de base ; l’objectif était de travailler sur les fondeuses de lignes alors prédominantes.
En imaginant un plan pour diviser l’alphabet en trois groupes basés sur la largeur, il put créer une structure solide et une texture plus équilibrée que celle habituellement présente dans les polices de caractères de l’époque. Il essaya et affina son dessin pendant des années en collant des lettres d’une grande variété d’applications graphiques commerciales.
Alors qu’il travaillait à New York sur le pavillon de la Palestine pour l’Exposition universelle de 1939, il commença à négocier avec Intertype Corporation mais la guerre différa toute décision. Ce n’est qu’en 1951 que David signa un contrat et fournit les dessins finaux. En 1954, Intertype publia David Hebrew 12 pt. book et italic en graisse maigre. D’autres corps ont été ajoutés par la suite mais la famille entière comportant neuf variations est apparue seulement une fois, en tant qu’image publiée dans un essai de Moshe Spitzer pour Schocken-Festschrift. Le Dr Spitzer sélectionna David Hebrew pour A Stray Dog (un chien errant) de S. Y. Agnon (Tarshish Books, 1960), la première face utilisée dans un ouvrage entier.

Produits connexes