Malabar

Une nouvelle famille de fontes aux serifs studieuses – Malabar



Échantillon d’utilisation de Malabar

Destinée aux textes longs, Malabar™ est probablement la première fonte baptisée selon une variété de café. A l’origine, cette fonte s’appelait différemment. Alors que Dan Reynolds dessinait les premières graisses de cette fonte lors du cours MA Typeface Design de l’Université de Reading au Royaume-Uni, elle s’appelait encore Martel, d’après le héros franc du 8ème siècle Charles Martel. De retour à Berlin, Reynolds passa plusieurs mois à la peaufiner avant sa publication. Près de son appartement, se trouvait le café Barcomi’s, dans la Kreuzberg’s Bergmann Straße. Y engloutir de copieuses quantités de café ‹ India Monsooned Malabar › était exactement ce qu’il lui fallait pour parfaire son étude de cette fonte serif elzévirienne.
Échantillon d’utilisation de Malabar
Les courbes de Malabar laissent apparaître un fort axe diagonal. Les serifs robustes renforcent la ligne de texte dans les petites tailles et marquent l’allure générale de la fonte. La hauteur d’x, délibérément accentuée, rend les parties principales des minuscules bien plus visibles dans les petites tailles. La hauteur des capitales plutôt réduite permet aux caractères de mieux s’associer et d’éliminer certaines maladresses dans les compositions en allemand.

Par son style elzévirien, les graisses Roman ou Regular de Malabar s’inspirent aussi bien de concepts contemporains (terminaisons ciselées, s plus larges) que des maîtres du 16ème siècle. Fidèle à ses origines, la version italique évoque d’anciennes fontes, tout en répondant à des besoins contemporains. Les inclinaisons des italiques commencent à 9°. Les serifs acérés de la graisse Roman deviennent plus marbrés à mesure que la graisse des lettres s’élargit. Malabar Heavy convient ainsi plutôt aux gros titres. Malabar Bold et Bold Italic peuvent servir à souligner des extraits de texte, tâche pour laquelle les graisses Heavy et Heavy Italic sont trop foncées.
Échantillon d’utilisation de Malabar
Les minuscules de Malabar possèdent deux sortes de serifs : ceux qui se situent sur la hauteur d’x et sur leurs ascendantes, et ceux qui se trouvent sur la ligne de base et sur les descendantes. Les serifs supérieurs sont triangulaires et de la forme d’un drapeau. Les serifs inférieurs sont acérés et asymétriques. Le côté gauche des serifs inférieurs a des angles plus pointu que le côté droit. L’allure générale de ces serifs, surtout dans les grandes tailles, est d’une simplicité presque primitive. C’est pour servir à l’impression de journaux en petits caractères que ces serifs sont traités ainsi. Dans de très petites tailles de texte, les serifs deviennent si petits que leur traitement délicat rappelle les traits pointus de Malabar ; la finesse des serifs leur permet donc de disparaître ou d’apparaître en fonction de la qualité d’impression. Malabar n’a pas non plus honte de ses serifs modelés, visibles seulement dans les grandes tailles ; ses serifs aigus et francs font vraiment sa marque de fabrique.
Échantillon d’utilisation de Malabar
Petites majuscules et capitales sont généralement semblables ; les petites majuscules ont parfois de plus larges proportions que les capitales, et leur hauteur est certainement plus courte, mais leurs formes ne sont guère différentes de celles des capitales.

Alors que les petites capitales et les capitales de Malabar ont tendance à avoir les mêmes formes de base, il existe quelques exceptions, en particulier le P et le R. Bien que les petites capitales soient par définition ‹ plus courtes › que les capitales, dans les textes, elles apparaissent souvent associées à des minuscules ; aussi vaut-il mieux leur donner un peu l’aspect de minuscules, afin d’optimiser les compositions. L’idéal est que les petites capitales puissent servir d’alternative, empruntant des éléments aux capitales et aux petites capitales.
Échantillon d’utilisation de Malabar
Outre que Malabar Bold et Malabar Heavy sont plus foncées et plus larges que celles de Regular, leur hauteur d’x est plus importante et leurs oscillations sont plus larges. Le contraste entre les traits augmente en même temps que leur graisse. Entre Regular et Heavy, les traits fins des lettres varient moins que les traits épais.
Échantillon d’utilisation de Malabar
Comparée à Heavy, Malabar Bold est environ 61% plus épais que Regular. Malabar Bold, Bold Italic, Heavy et Heavy Italic ne possèdent pas de petites majuscules ou de chiffres elzéviriens, juste les chiffres alignés. Mais elles ont les mêmes ligatures que Malabar Regular et des jeux complets de numéraux supérieurs et inférieurs.
Échantillon d’utilisation de Malabar
Le dessin de Malabar Italic évoque d’anciennes fontes tout en répondant aux besoins contemporains. Ses inclinaisons commencent à 9° (L’inclinaison de Malabar Heavy Italic est de 12°). Les lettres majuscules, ainsi que les chiffres de la famille italique, sont des lettres romanes plus ou moins inclinées. Mais les minuscules sont bien plus cursives. Au lieu de serifs, leurs lettres utilisent des traits intérieurs et extérieurs très nets. Ce qui ne les empêche pas d’apparaître comme des serifs Malabar, de par leurs formes longues et effilées.

Malabar a reçu le Certificate of Excellence in Type Design, lors du concours 2009 du Type Directors Club de New York, TDC2 et le Deutscher Designpreis 2010.

Produits connexes

79 US$
Ajouter au panier
79 US$
Ajouter au panier
79 US$
Ajouter au panier
79 US$
Ajouter au panier
79 US$
Ajouter au panier
79 US$
Ajouter au panier